Fin des méharées initiatiques

Passage de 2019  à 2020, 

Comme beaucoup d’entre vous l’ont déjà constaté, j’aime profiter du passage vers l’année nouvelle pour réfléchir à l’année écoulée et à celle qui arrive. 

Qu’est-ce que je quitte en conscience et quelles sont mes intentions pour 2020 ?

C’est aussi pour moi l’occasion de remercier pour toutes les choses qui m’ont été données, épreuves pour grandir, joie, amour, partages… l’Abondance ! 

Le passage de cette année est pour moi l’occasion de faire un deuil douloureux… mais nécessaire, afin que je me sente dans mon axe et fière de l’être. 

Depuis plusieurs années, comme vous le savez surement, j’accompagne des groupes dans le désert, lors de méharées initiatiques. J’y ai non seulement pris un immense plaisir, mais surtout j’ai senti que cela était un véritable accomplissement pour moi. Là où parfois j’ai pu ressentir de la frustration de ne pas pouvoir apporter davantage en thérapie, le fait de pouvoir partager le quotidien avec vous, vivre la Présence, enseigner dans la simplicité, l’amour et la joie, qui plus est dans la nature sauvage et sur une terre d’exception qu’est le désert du Sahara, a été une véritable révélation pour moi. 

Je remercie tout d’abord celui sans qui rien de tout cela n’aurait vu le jour, mon ami Pierre Moulart. Il avait tant d’enthousiasme lorsqu’il parlait du désert que je lui avais demandé de m’y emmener avec nos proches amis. Il a tout organisé, mais au dernier moment il a dû nous laisser y aller seuls, sans lui, terrassé par la maladie, vivant ses tout derniers moments auprès de sa femme, mon amie Caroline. Il est mort le dernier jour de mon premier séjour dans “son” désert. Il s’est d’ailleurs manifesté le soir même à travers une lente comète, apparue dans le ciel étoilé, qui n’en finissait pas de filer, comme une dernière révérence, nous laissant tous à notre émerveillement et à notre joie, conscients de la magie de cet éternel présent !! J’ai toujours pensé qu’à cet instant, il m’avait légué son désert en héritage. Merci encore mon Pierrot !

Je remercie aussi tous les Berbères, à commencer bien sûr par Ahmad, pour sa Joie, sa force, sa simplicité et son amour et aussi pour son dévouement, sa grande générosité et sa grande conscience professionnelle en tant que guide. Tout cela restera dans mon coeur.

Et bien sûr, je remercie le désert pour sa force, son silence… qui m’a permis de pouvoir, si souvent, m’entendre en vérité… Qui m’a connecté à ma propre puissance, m’a apporté tant de soutien dans des périodes difficiles de ma vie, qui m’a aussi connecté au bonheur, à la Joie de partager, de vivre la Présence au quotidien.

Je remercie aussi les dromadaires, fiers, ne se résignant pas, continuant jour après jour à protester contre leur charge et pourtant sachant manifester la force tranquille de leur démarche souveraine. Merci de m’avoir si souvent permis de méditer en suivant vos pas…

Tout vit et tout meurt.

Ce qui me conduit aujourd’hui à arrêter d’emmener des groupes dans le désert, c’est ma conscience écologique.

Je me suis rendue compte que comme beaucoup, je n’avais jamais regardé ce qu’était mon empreinte écologique, et lorsque j’ai voulu y mettre de la conscience, je me suis rendue compte que ne plus manger de viande depuis 20 ans, était certes une bonne chose, aller à mon cabinet en vélo également mais que si dans le même temps, j’emmenais un groupe de 10 personnes dans le désert Marocain ou Tunisien, cela représentait 9 tonnes de CO2 aller-retour !

En sachant qu’un Européen dans sa consommation globale pollue la planète de 7,5 tonnes de CO2 par an, là où il ne devrait consommer que 2,5 tonnes de CO2 si l’on voulait maintenir notre planète à moins de 2 degrés de réchauffement !

J’ai eu beau réfléchir à tous les moyens pour amoindrir le désastre, offrir des fours solaires à des associations locales, planter des arbres, je sais que cela ne servirait surtout qu’à me cacher la réalité et à me donner bonne conscience. 

Or, la conscience est exigeante ! Il y a de nombreuses situations où nous préférerions tous ne pas regarder la réalité, certaines méconnaissances sont a priori confortables… Mais une fois le ver dans le fruit, rien à faire, la conscience ne cherche qu’à s’élargir…

Etre cohérente suppose de ne pas seulement chercher à élargir la conscience de mes patients, lors de séances de thérapie ou de respiration soufi, mais surtout de commencer par moi-même en regardant notamment les endroits où je suis encore en contradiction avec certaines de mes valeurs. 

Comme il n’est pas question pour moi d’abandonner tout ce qui me tient à coeur, j’ai décidé de continuer à organiser d’autres séjours dans la nature sauvage, mais cette fois en France. Et ce,  avec le même processus que celui que j’ai mis en place dans le désert, qui a été testé et validé auprès de nombreux groupes et que j’ai le goût de continuer à faire évoluer. J’ai expérimenté cette nouvelle formule en septembre dernier avec quelques patients sur le chemin de Compostelle dans le parc régional du Haut-Morvan. La Bourgogne ne sera évidemment jamais aussi dépaysante que le Sahara, toutefois, j’ai trouvé intéressant de constater que le paysage nous étant justement plus familier, il permettait de faire émerger des souvenirs importants de notre enfance, et fournissait ainsi un autre matériau propice au travail de conscience et aux rituels libérateurs.

Aussi les prochaines dates en France seront en juin et en septembre 2020, le lieu sera confirmé au printemps prochain, il sera dans la nature sauvage, le seul lieu pour retrouver notre profonde et vraie nature, avec là aussi des temps d’introspection et de solitude, mais aussi et toujours d’échanges riches et authentiques. 

Depuis que j’ai pris cette décision, la Joie revient, le bien-être qui révèle les décisions justes, et comme pour me confirmer que c’est la bonne décision j’ai lu que la chanteuse Zaz ou le groupe Coldplay ont décidé, eux aussi, de cesser de faire des tournées partout dans le monde pour limiter leur empreinte écologique avec tout un collectif d’artistes, chanteurs et musiciens…

Tout est en avant, alors je vous souhaite à tous de tourner les pages qui doivent se tourner, faire les deuils qui nous alourdissent tout comme la nature sait si bien nous le montrer à travers les arbres qui se dénudent en cette saison.

Je vous souhaite de sentir la joie d’être aligné, la conscience apaisée, la fierté d’assumer nos choix, le fait de se sentir debout pour se sentir de plus en plus soi-même, de plus en plus libre. 

Vous pouvez, si vous le souhaitez prendre quelques minutes avec un papier et un crayon, pour vous laisser sentir quelles sont les choses que vous devez quitter, laisser mourir, non sans les avoir honorées au préalable pour laisser émerger celles que votre coeur et votre âme appellent pour 2020. 

Avec tout mon soutien pour continuer à nous dépasser chacun.

J’en profite ici pour remercier mon compagnon de vie qui me soutient et m’encourage à prendre les décisions qui me sont justes.

Très belles fêtes de fin d’année à chacun dans la Joie et l’Amour et … beau passage en conscience vers 2020 ! 

 

Laurence, le 16 décembre 2019

 

Et si le coeur vous en dit voici un lien très intéressant pour confirmer notre empreinte écologique : 

https://www.goodplanet.org/fr/calculateurs-carbone/particulier/?calculator=1&action=calcul&type=voyage

 

Zaz ou le groupe coldplay : choix écologique, dans Le Monde du 22 novembre 2019.